La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Hommage à un collègue et ami disparu trop vite

 

 C’est avec grande peine que vous est adressée la présente   suite au décès de M. Daniel Lévesque survenu le 23 janvier   dernier.

 Daniel était directeur au conseil d’administration de l’APW   depuis l’été 2016.

 Dès les premiers temps que lui et son épouse Francine   étaient devenus propriétaires d’une belle propriété sur le   chemin Fontaine, Daniel a choisi de s’impliquer très   activement dans les activités de l’ Association des   Plaisanciers de Weedon.

  Il avait à cœur la protection de la qualité de l’eau, de la   préservation des bandes riveraines et mettait beaucoup   d’énergie à trouver et mettre en place des solutions pour   réduire la vitesse sur nos cours d’eau.

 Pour nous du conseil d’administration de l’APW qui n’avons   pas eu le loisir de le côtoyer assez longtemps, en posthume,   nous lui disons un grand merci pour nous avoir fait profiter   de ses connaissances et surtout, de son savoir être.

 Daniel, tu vas nous manquer !


 La famille de Daniel Lévesque recevra les condoléances, le samedi 8 février 2020 dès 13 h. Une   liturgie de la parole sera célébrée le même jour à 15h en la chapelle du Mausolée Lalime, 1325,   rue Girouard Est Saint-Hyacinthe 450-774-6417.

 

                                                                               Photo du lac Louise prise par Daniel Morasse    Bienvenue sur le site internet de l'association des plaisanciers de Weedon !

L’association des plaisanciers de Weedon (APW) est un organisme à but non-lucratif comptant onze membres bénévoles sur le C.A. qui  ont pour but d’informer, de proposer, de gérer, de renseigner et d’intéresser les riverains et les gens qui viennent naviguer sur notre plan d’eau d’une distance d’environ 14 km.

 

La santé de nos cours d'eau: une priorité

Une salutation cordiale à tout le monde qui nous lit. Nous voilà rendus dans cette nouvelle année déjà bien amorcée. Que 2020 nous aide à rassembler les acteurs importants pour que tous ensemble, nous puissions enfin réaliser les projets souhaités pour la préservation de nos berges et nos cours d’eau.

Pour l’APW, la fin de 2019 nous a fait vivre un vibrant espoir suivi d’une grande déception. Déception profonde devrions-nous dire, en lien avec le combat que nous menons contre la myriophylle à épi au lac Louise depuis déjà 2016.

Pourquoi cette déception ? D’abord il y a longtemps que vous entendez parler de cette plante envahissante, que l’on en devient achalant. On n’a pas fini par contre. À la fin de l’automne dernier, le Ministère de l’Environnement et de Lutte aux Changements Climatiques (MELCC) a lancé un programme de soutien aux enjeux de l’eau par appels de projets où il était possible d’aller chercher jusqu’à 75% des coûts en subvention directe jusqu’à concurrence de 200 000$ pour lutter contre la prolifération de plantes exotiques entre autres. Ainsi, l’APW n’a pas hésité une seconde à monter rapidement un projet pour sauver nos cours d’eau de cette plante envahissante.

 

Mme Isabelle Pépin, en tant que présidente de l’APW, a présenté et discuté du projet avec les autorités de la municipalité afin de trouver la somme représentant la balance du 25% à déposer au projet. De vive voix, la Municipalité était prête à appuyer le projet et a alors suggéré de facturer un montant équivalent à 125$ / an par propriétaire riverain pour une durée de 5 ans afin de combler ce 25%.

La condition qu’exigeait la Municipalité était que nous parvenions « à obtenir un nombre de 40 signatures de propriétaires endossant le projet de prélever un montant de 125$ sur le compte de taxes 2020 » dans un temps record. Nous étions le 11 décembre et les autorités attendaient le dépôt des signatures pour l’assemblée spéciale du conseil du 16 décembre. Nous avons donc fait du porte-à-porte en un très court laps de temps et avons eu de belles discussions avec les riverains qui étaient, en grande partie, en accord avec le projet. Certains riverains suggéraient que cette taxe soit applicable à l’ensemble des citoyens de Weedon considérant qu’il y a deux accès publics aux cours d’eau.

Surprise, nous avions tellement bien fait nos devoirs que ce n’est pas 40 engagements qui furent déposés le 16 décembre mais plutôt 73, presque le double de l’exigence. Ce qui était si pressant alors, c’était que le MELCC attendait le formulaire de soumission de projets au plus tard le 10 janvier 2020.

 

 

Avec l’étude par l’organisme RAPPEL commandée par l’APW et réalisée à la fin de l’été dernier, nous avions en main tous les éléments requis pour compléter la demande de projet auprès du ministère. Il ne nous manquait que la lettre d’appui de la municipalité et la confirmation écrite de celle-ci sur la provenance de la contribution de 25%.

Or, non seulement il n’y a eu aucune discussion du projet le soir du 16 décembre, NIET comme diraient les camarades, c’est comme si des pourparlers n’avaient jamais eu lieu. Nous sommes outré devant ce manque respect envers l’APW, ses bénévoles mais aussi envers l’ensemble des citoyens riverains.

 

L'avenir de notre Lac est quant à lui un réel enjeu et celui-ci est d’une importance MAJEURE

Cet enjeu va affecter directement notre économie locale : perte de jouissance des cours d’eau, perte de la valeur de l’ensemble des résidences (pas seulement les riverains mais aussi les résidences au village), baisse de revenu pour les commerçants, baisse de revenu pour la Municipalité, etc.

Cette situation touche tout le monde. Nous sommes tous dans le même bateau.

Le soir du 16 décembre, c’est avec tristesse, que nous avons constaté que l’avenir du Lac Louise n’était aucunement mentionné dans le plan d’action de la Municipalité pour 2020, ni 2021 et encore moins en 2022. Nous sommes sans mot devant une telle constation.

 

Deux jours plus tard, soit le 18 décembre, l’APW recevait une lettre du directeur général de la Municipalité où celui-ci évoquait la décision du conseil de ville et de la possibilité de « provoquer une rencontre spéciale en début janvier pour prendre une décision éclairée » soit disant.

Dans cette même lettre, il présentait de nouvelles exigences que nous devions leur faire parvenir au plus tard le 5 janvier suivant. Nous sommes à deux jours des vacances des fêtes.

Les principales exigences étaient les suivantes :

● Indiquer le nombre de résidences affectées par cette taxe spéciale;

● Déposer à nouveau un nombre de signatures représentant cette fois 51% des résidences riveraines de première et de deuxième rangée (une seule signature par résidence)

Nous vous faisons grâce des autres exigences listées. Dans notre livre à nous, cela représentait quelques 300 signatures et engagements à aller chercher. Aucun bénévole de l’APW n’avait l’énergie pour se mettre le bras dans un tel tordeur à nouveau en cette période des fêtes.

Voilà, est-ce que l’on peut dire que les bottines suivent les babines ? Ainsi l’expression « les écrits restent et les paroles s’envolent » a pris tout son sens en cette fin d’année 2019 pour l’APW.

À la lumière de la situation, l’APW a répondu à la Municipalité que nous comprenons qu’il est préférable que la Municipalité soit l’acteur principal sur la mise en oeuvre de ce projet. Nous avons demandé au directeur général de mettre en place un plan d’action et un échéancier réalistes pour contrer la myriophylle à épis au Lac Louise. Ainsi, nous croyons que la Municipalité sera à même de pouvoir se questionner sur le bien-fondé de ses propres exigences.

Nous avons réitéré notre collaboration afin de partager nos rapports, nos expertises ou toutes autres informations qui pourraient être utilisées dans ce dossier pour que puisse débuter la mise en oeuvre de ce projet le plus rapidement possible

 

SUIVIS DES DOSSIERS EN COURS

Quant au dossier des « inondations » l’APW est en contact direct avec le cabinet du Ministre Benoit Charette du MELCC et une rencontre avec la direction de la gestion des barrages aura lieu sous peu. 

Pour ce qui est de notre demande du retrait des « Vestige du Pont Victoria », le dossier est présentement en évaluation au bureau de la Ministre de la Sécurité Publique. Nous sommes également en contact direct avec le cabinet du Ministre des Transports et celui-ci nous indiquait à dernièrement être prêt à effectuer les travaux nécessaires dès que le Ministère de la Sécurité Publique aurait terminé son évaluation et en ferait la recommandation.

En terminant, nous vous rappelons que la mission de l’APW est de veiller à protéger nos cours d’eau et d’informer les autorités lorsqu’une situation demande une attention particulière.

C’est dans cette optique que nous poursuivrons notre mission en 2020 et que nous avons besoin de l’appui de l’ensemble des citoyens. Par votre adhésion à l’APW vous contribuez à nous aider dans nos actions à poser pour réaliser notre mission. 

 

 

 

 Il y a du Myriophylle à épi dans le Lac Louise.

 

Étude 2019 du Lac Louise en format PDF

 

 

Alors aidez-nous à limiter son expansion en apprenant à le reconnaître et en suivant les petits conseils donnés dans cette vidéo. Nous pouvons tous agir !

Luttons ensemble contre le Myriophylle à épi!

 

Regarder les vidéos YouTube ci-bas 

 

Comment laver son embarcation.